5 èmes Journées Economiques

et Financières Appliquées

 

Thème des plénières:

L’économie informelle dans les pays du Maghreb: 
Une négation de l’Etat ou une condition de sa reproduction?  

Les 26 et 27 Avril 2019  

à l’Hôtel Iberostar Royal El Mansour, Mahdia – Tunisie

Par l’organisation des Journées Economiques et Financières (JEFA), la FSEG de Mahdia et ses partenaires entendent développer une plateforme d’échange entre les jeunes chercheurs, les universitaires confirmés et les acteurs économiques et politiques soucieux des réalités  économiques tunisienne et internationale.

Le but final de ces journées consiste, à partir de cadres académiques et scientifiques rigoureux, à définir des politiques et des stratégies pouvant constituer des ébauches de solutions aux vrais problèmes économiques.

Les objectifs assignés aux JEFA sont :

  • L’offre d’opportunités aux chercheurs pour mieux se connaitre et pour initier des collaborations.
  • L’évaluation, la synthèse et la diffusion des résultats de la recherche sur le thème retenu.
  • Le partage d’expériences et la discussion des enjeux afférents à la recherche sociale, économique, financière et environnementale en relation avec les difficultés de la Tunisie et de tout autre pays faisant l’objet desdites recherches. Cela permettra de suggérer diverses recommandations aux décideurs politiques pour asseoir les réformes nécessaires. Tout en accordant un intérêt particulier aux situations tunisiennes en la matière, les expériences internationales sont d’un grand intérêt.

Contact : contact.jefa2019@gmail.com

Les frais d’inscription aux Journées couvrent la documentation, les pauses café, les repas et l’hébergement à l’Hôtel Iberostar Royal El Mansour (une nuitée en PC pour les résidents ; deux nuitées en PC pour les non résidents).  Ces frais sont de :

  • 320 Dinars tunisiens pour les résidents 
  • 200 Euros pour les non résidents
  • 15 février 2019 28 février 2019 – Date limite de réception des résumés de communications
  • 15 mars 2019 – Notifications du Comité Scientifique
  • 5 avril 2019 – Réception des textes définitifs
  • 20 avril 2019 – Publication du programme définitif des JEFA’19.

Comité d’organisation:

Faouzi SBOUI (coordinateur général des JEFA’19)

Noureddine AHMED

Makram BEN DOUDOU

Mehrez BEN SLAMA

Mohamed-Ali HAFAIED

Haykel HAJ SALEM

Noura HARBOUB

Lamia JAIDANE

Ahmed JERBI

Mhamed LAOUITI

Amina NOUIRA

Besma OMEZZINE

Imen SAFER

Lamia YACOUB

Nejla YACOUB.

Contact : contact.jefa2019@gmail.com

Comité scientifique:

Nadia ABAOUB-OUERTANI (ESC, Tunis)

Samir ABDELHAFIDH (FSEG, Tunis)

Montej ABIDA (ESC, Sfax)

Philippe ADAIR (Paris-Est, Créteil)

Hamid AIT LEMQEDDEM (ENCG, Kénitra)

Laurice ALEXANDRE (Paris-Descartes)

Sami AOUADI (FSEG, Tunis)

Youghourta BELLACHE (Université de Bejaia)

Hafedh BEN ABDENNEBI (IHEC, Carthage)

Fayçal BEN AMEUR (FSEG, Tunis)

Mohamed BENBOUZIANE (FEG, Tlemcen)

Lobna BEN HASSEN (FSEG, Sfax)

Abdelkader BERRADA (Université Mohamed V, Rabat)

Kamila BOUAZIZ (FSEG, Tunis)

Adel BOUBAKER (FSEG, Tunis)

Sabri BOUBAKER (Paris-Est, Créteil)

Younes BOUJELBENE (FSEG, Sfax)

Ghazi BOULILA (ESSEC, Tunis)

Chaib BOUNOUA (Université de Telemcen)

Abdelfettah BOURI (FSEG, Sfax)

Vanessa CASADELLA (Picardie-Jules Verne)

Beatriz CASTILLA RAMOS (Yucatan, Mexique)

Fatma CHARFI (FSEG, Tunis)

Jacques CHARMES (Paris Descartes-IRD)

Driss CHKIRIBA (Université Moulay Ismail)

Nouri CHTOUROU (FSEG, Sfax)

Slim DRISS (ESSEC, Tunis)

Mustapha EZZAHIRI (Université Chouaib Doukkali, El Jadida)

Hamadi Fakhfakh (FSEG, Sfax)

Hamadi FEHRI (IHEC, Carthage)

Rochdi FEKI (ESC, Sfax)

Foued Badr GABSI (FSEG, Sfax)

Mohamed Imen GALLALI (ESC, Tunis)

Maher GASSAB (ESC, Tunis)

Sofiane GHALI (ESSEC, Tunis)

Kamel GHAZOUANI (IHEC, Carthage)

Samir GHAZOUANI (ESC, Tunis)

Abdelfettah GHORBEL(FSEG, Sfax)

Hella GUERCHI-MEHRI (FSEG, Tunis)

Samih HAMDAOUI (Université Mohamed V, Rabat)

Mohamed-Tlili HAMDI (ISAA, Sfax)

Nacereddine HAMMOUDA (CREAD, Alger)

Mohamed HARAKAT (Université Mohamed V, Rabat)

Lamia JAIDANE-MAZIGH (FSEG, Mahdia)

Khaireddine JEBSI, (FSEG, Sousse)

Rayeoon KANG (Seoul National University)

Walid KHOUFI (IHEC, Sfax)

Moez LABIDI (FSEG, Mahdia)

Amine LAHIANI (Université d’Orléans)

Hatem MASRI (University of Bahrain)

Hatem MHENNI (ESC, Tunis)

Fouzi MOURJI (Université Hassen II-Aîn Chock)

Mammo MUCHIE (Tshwane University of Technology, South Africa)

Hassen MZALI (IHEC, Carthage)

Kamel NAOUI (ESC, Tunis)

Skander OUNAIS (FSEG, Nabeul)

Redjel SAADI (Université Oum El Bouaghi)

Tarek SADRAOUI (FSEG, Mahdia)

Dhafer SAIDANE (SKEMA)

Hatem SALAH (ESC, Tunis)

Faouzi SBOUI (FSEG, Mahdia)

Friedrich SCHNEIDER  (University of Linz)

Siham SEFIANI (Université Mohamed V, Rabat)

Fatma SIALA-GUERMAZI (FSEG, Tunis)

Mounir SMIDA (FSEG, Sousse)

Moez SOUSSI  (IHEC, Carthage)

Hiroki YOKOTA  (Shizuoka University – Japon)

Mourad ZMAMI (Northern Border University, CBA)

Ezzeddine ZOUARI (FSEG, Sousse)

Salma ZOUARI (IHEC, Carthage)

Sonia ZOUARI-GHORBEL (ISAA, Sfax).

Sessions Plénières:

L’économie informelle dans les pays du Maghreb:

Une négation de l’Etat ou une condition de sa reproduction?

« Comme une girafe, difficile à décrire mais facile à reconnaître ».  Cette affirmation de Hans Singer (1950) a souvent été utilisée pour insister sur l’hétérogénéité du contenu de l’économie informelle. Composée principalement du secteur informel et de l’emploi informel, cette économie concerne le plus souvent des activités économiques parfaitement visibles mais mal appréhendées. L’économie informelle n’est pas donc l’économie de l’ombre, même si les liens avec celle-ci existent[1].

En dépit des efforts investis durant les dernières décennies, notamment par les organisations internationales, le flou contenue d’entourer l’économie informelle. C’est ce qui explique la fragilité des données statistiques approximant sa dimension et les difficultés à sa prise en compte par les politiques économiques.

Selon l’OCDE, le poids de l’économie informelle dans le PIB de l’Afrique du Nord est estimé à 38% en 2015. Cette économie offre entre 2010 et 2014, en moyenne, 50% de l’emploi total non agricole dans cette région, avec un maximum au Maroc (70%) et un minimum en Algérie et en Tunisie (40%).

Bien que l’enjeu lié à l’économie informelle soit initialement une question d’ordre microéconomique, les conséquences macroéconomiques sont le plus souvent à l’origine des débats autour des politiques publiques à l’égard de ce phénomène. Celles-ci sont généralement caractérisées par l’ambivalence ou même par l’ambigüité. En effet, d’une part les Etats manifestent souvent une forme de tolérance implicite en raison du rôle joué par cette économie dans la création des emplois et des revenus et donc dans la cohésion sociale. D’autre part, les crises au niveau des finances publiques rappellent aux décideurs publics les ressources dont les Etats sont privés.

Compte tenu de son importance socio-économique, la valorisation et la régulation de l’économie informelle est un défi pour les pays du Maghreb. Si l’intégration de cette économie dans l’économie formelle s’avèrerait indispensable, faut-il l’envisager par voie de répression ou en aidant les activités concernées par des mesures d’incitation et d’accompagnement ? Entre la laisser faire et la combattre, y a-t-il un seuil tolérable?

Les cinquièmes Journées Economiques et Financières Appliquées (JEFA’19) seront l’occasion de riches rencontres entre chercheurs et experts multidisciplinaires, maghrébins et internationaux, qui aborderont, entre autres, les axes suivants :

  • Les contours de l’économie informelle : définitions et mesures ;
  • Les déterminants de l’expansion de l’économie informelle au Maghreb ;
  • Les sources de financement de l’économie informelle ;
  • Les impacts macroéconomiques de l’économie informelle ;
  • La formalisation de l’économie informelle : mécanismes de régulations et coûts associés.

[1] Jacques Charmes, Annuaire IE Med de la Méditerranée, 2015.

Sessions parallèles:

Les thèmes des sessions parallèles sont volontairement assez ouverts pour couvrir plusieurs champs de la recherche en économie et en finance. A titre indicatif et non limitatif, les propositions de communication pourront s’inscrire dans un ou plusieurs thèmes listés ci-dessous.

  • Macroéconomie
  • Microéconomie
  • Economie internationale
  • Economie du travail et capital humain
  • Economie politique et institutionnelle
  • Economie régionale et décentralisation
  • Economie de l’environnement et développement durable
  • Economie industrielle et entrepreneuriat
  • Finance de l’entreprise
  • Finance de marché
  • Finance durable, finance alternative et microfinance

Les soumissions sont clôturées. Les communications reçues seront soumises à une procédure d’évaluation par les membres du Comité Scientifique. Une fois la proposition acceptée, une lettre d’acceptation et d’invitation sera envoyée par le comité de coordination scientifique des journées à l’adresse email de l’auteur.

Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez contacter le comité d’organisation par Email au contact.jefa2019@gmail.com ou par téléphone au (00216) 94430075

Les participants aux journées seront hébergés à l’hôtel Iberostar Royal El Mansour. Cet établissement se situe dans Mahdia (Tunisie), à proximité des plages de la mer Méditerranée, et propose une piscine extérieure ainsi qu’un centre de thalassothérapie. Les chambres et les suites 5 étoiles possèdent la climatisation, une télévision par satellite, une connexion Internet et un balcon. Les enfants bénéficieront d’un club dédié et les adultes se détendront dans le spa. L’établissement propose des activités variées en plein air, parmi lesquelles le tennis, le golf et de nombreux sports nautiques. Un parking est disponible sur place.
Cet établissement a également été bien noté pour son excellent rapport qualité/prix à Mahdia ! Les clients en ont plus pour leur argent en comparaison avec d’autres établissements dans cette ville.)